POURQUOI PAS DE CUIR ?

Plus qu’un sac …

Pourquoi pas de cuir

 
‘‘ La façon dont une nation s’occupe des animaux reflète fidèlement sa grandeur et sa hauteur moral"
                                                                                        Gandhi

 

 

 

Pourquoi pas de cuir ?

Porter du cuir a un impact négatif sur l´environnement, le climat, les personnes qui le fabriquent et les animaux. 

La souffrance des animaux :

L’élevage intensif entraine de la souffrance animal comme : le surpeuplement, la privation, aussi bien que la castration, le marquage. Par ailleurs, l’étiquetage des produits contenant du cuir ne fait pas mention de la provenance de celui-ci. Des peaux importés d’Asie où les lois de protection animale sont soit inexistantes soit non appliquées, peuvent être des peaux des chiens et chats, tués de manière cruelle simplement étiquetées ``cuir´´.

L´élevage intensif a un effet néfaste pour le climat : L’élevage intensif d´animaux (viandes et cuirs), cause plus d´émissions que les transports dans leur globalité. En 2006, un rapport de la FAO, Livestock's Long Shadow, a révélé que l’élevage produisait une quantité importante de gaz à effet de serre (GES), environ 18 % des émissions d'origine humaine.

Les ressources utilisées par l’élevage pour obtenir 1 kg de cuir peuvent avoir des répercussions environnementales 20 fois supérieures à celles nécessaires pour produire 1 kg de matières synthétiques telles que le polyester.

Un besoin énorme en eau : Environ 70% des ressources naturelles en eau exploitées sont consommées par l´agriculture. L´élevage, ainsi que la production intensive en particulier, engloutissent énormément d´eau (pour vous donner une idée, environ 25.000 Litres d´eau potable sont nécessaires pour 1Kg de viande). L´alimentation nécessaire aux laiteries et leurs eaux usées (la peau des vaches de l´industrie laitière ``arrivées en fin d´exploitation´´ est transformée en cuir) contribuent considérablement à la pollution de l´eau.

 

Les risques pour la santé des personnes :

Les produits en cuir, qui sont le plus souvent en contact direct avec notre peau, peuvent contenir de hautes concentrations de chrome hexavalent, un produit chimique nocif et un puissant allergène. Ils peuvent produire des réactions allergiques cutanées comme des eczémas. Les personnes travaillant ou habitant à proximité d´une tannerie augmentent leur risque sanitaire. Beaucoup d´entre eux meurent de cancers provoqués par les dangereux produits chimiques rejetés par les tanneries. Le centre de contrôle et de prévention des maladies aux Etats-Unis fait apparaître que le taux de malades de leucémie au sein des habitants d´une ville du Kentucky proche d´une tannerie est 5 fois plus élevé que la moyenne nationale. L´arsenic, un produit chimique fréquemment utilisé dans les tanneries, est depuis longtemps reconnu comme pouvant provoquer le cancer des poumons parmi les travailleurs régulièrement en contact avec ce produit. Des études menées sur des ouvriers tanneurs en Suède et en Italie ont montré que leurs risques de cancer étaient plus élevés de 20 à 25%.

La transformation de peau en cuir nécessite de dangereux produits chimiques : La transformation de peaux en cuir nécessite une grosse quantité de produits chimiques dangereux, comme des sels minéraux, du formaldéhyde, des dérivés de charbon et de goudron, différentes huiles, des teintures et vernis dont certains sont à base de cyanure. Le cuir, le plus répandu dans le monde est souvent tanné à l´aide de chrome.

Des poisons dans les eaux usées du tannage : Les eaux usées des tanneries contiennent de nombreuses substances nocives comme des sels, du calcium, des sulfates et des acides. Le tannage stabilise le collagène et les fibres de protéine dans les peaux de telle sorte qu´elles ne soient plus biodégradables, ce qui signifie qu´elles ne pourrissent plus. Une tannerie gaspille plus de 56.000 litres d´eau et rejette autant de déchets persistants (comme par exemple poils, chairs…) pour la production d´une tonne de peaux. La nappe phréatique aux abords d´une tannerie présente un taux élevé de plomb, de cyanure et de formaldéhyde. Le tannage de cuir occasionne en outre 800.000 tonnes par an de déchets de chrome.